Comment dessiner son diagramme sur un bloc?

Bonjour,

Récemment, mon ordinateur est tombé en panne. Plus d’ordi, plus de BeadTool4. La réparation prenant une dizaine de jours, il a bien fallu que je me débrouille autrement pour dessiner mes diagrammes.

Coup de chance, Lulu and The Little Pea m’avait gentiment envoyé un bloc de dessin lors de ma dernière commande, et j’ai donc eu l’occasion de l’utiliser.

Voici le bloc en question:

bloc.PNG

Mais comment s’en servir?

Sur Bead Tool4, en général, j’importe une image, je la place sous ma grille, je m’en sers pour tracer les contours, puis je la mets à côté de la grille et je remplis mon diagramme tout en observant les zones sombres, claires…

Dans certains cas, je dessine directement sur la grille, en remplissant case par case, en déplaçant certains blocs, en effaçant plusieurs fois…

Sur un bloc, c’est compliqué de placer une image sous la feuille de dessin. A la rigueur, vous pouvez la placer sous votre tablette et travailler en transparence, mais alors, bonjour les rayures! Et puis le bloc perd de son intérêt.

Après plusieurs griffonnages et gommages, j’ai opté pour une stratégie qui a porté ses fruits, et je la partage avec vous, sous forme de conseils.

Tout d’abord, le résultat final avec les deux créations que j’ai intégralement dessinées au bloc:

Cacatoès.PNGelsa.PNG

 

 

 

Et les photos dont je me suis servi pour dessiner:

Screenshot_20180326-193953.png

Screenshot_20180401-160635.pngelsa 1.PNG

 

1- N’essayez pas de tracer vos formes en remplissant case par case, comme vous le feriez sur le logiciel, ou quand vous recopiez les contours d’une image de fond.

Ci dessous un exemple de résultat quand on fait point par point.

J’ai tenté de faire le bec en priorité, puis le crâne et la crête. Comme vous pouvez le voir, le crâne n’est pas de la bonne forme, le dessin est maladroit.

20180330_195956.png

Utilisez votre bloc comme une feuille de dessin: tracez des grands traits, remplissez plusieurs cases à la fois, comme vous le feriez sur un dessin normal.

Vous allez voir que votre tissage va prendre une allure plus harmonieuse.

2- Travaillez en priorité au crayon papier, pour pouvoir effacer. N’utilisez la couleur que bien après.

Prévoyez plusieurs feuilles, une première pour votre ébauche au crayon, puis une deuxième sur laquelle vous reproduirez le modèle en y ajoutant les couleurs.

3- Commencez votre dessin par les lignes essentielles et caractéristiques de ce que vous voulez dessiner.

Commencez par ce qui rend votre dessin immédiatement reconnaissable.

Trois exemples: sur le cacatoès, les traits caractéristiques sont le plumeau orange sur sa tête, et son bec proéminent. Commencez par représenter ces plumes et le bec, vous verrez que le reste de la bête viendra tout seul, une fois que vous aurez ces deux fondamentaux.

Le frangipanier: le frangipanier est une fleur aux pétales caractéristiques, ils ne sont pas plats, une partie est recourbée, ce qui donne à la fleur l’aspect d’un moulin à vent. Vous devez donc dessiner en priorité cette partie recourbée des pétales, pour traduire ce mouvement.

Elsa: sa caractéristique, c’est le mouvement de sa mèche, c’est ce qui la rend reconnaissable immédiatement.

Ci dessous, j’ai commencé par représenter le mouvement des plumes, avant de faire le dégradé de orange pour donner de la profondeur.

Pour la fleur, j’ai commencé par les traits noirs, qui représentent la partie proéminente des pétales (rose clair), et ensuite j’ai rempli avec les couleurs.

Et pour Elsa, j’ai évidemment commencé par ses mèches.

20180330_195915.png

4- Une fois ces traits caractéristiques représentés, le reste est beaucoup plus facile. Commencez par dessiner le reste des contours de votre dessin, avant de faire le remplissage avec des couleurs.

20180330_200020.png

20180330_200107.png

Conclusion:

Dessiner au bloc est très ludique.  C’est un instant beaucoup plus paisible et créatif que celui qu’on passe devant un écran.

Je trouve également qu’il est plus facile de trouver rapidement une forme réaliste et harmonieuse au dessin, car finalement, on dessine sur un bloc comme on dessine sur une feuille. Sur BeadTool4, même en gardant le doigt appuyé sur le bouton de la souris, le trait est moins fluide, et la vue d’ensemble est moins évidente.

Les bémols: ils concernent surtout le rendu des couleurs et les différentes nuances.

Par exemple, le cacatoès est blanc, et les contours sont donc également… blancs. Pour rendre un contour blanc lisible sur une feuille blanche, c’est compliqué. Il faut donc utiliser le crayon papier, et au moment du tissage, on peut se perdre. J’utilise plusieurs finitions de blanc, et on s’y perd facilement.

De même pour les camaïeux de couleurs: les crayons ont du mal à rendre correctement l’éventail de nuances proposé par les Miyuki. J’ai été obligée de recommencer plusieurs fois mon tissage pour trouver les couleurs adéquates.

Si vous êtes attentifs, vous verrez que le modèle de droite n’est pas celui que j’ai publié, ce qui signifie que j’ai tissé le modèle quatre fois et non trois.

C’est un problème que je rencontre avec mes autres modèles, et il est simplement accentué par l’utilisation du bloc.

20180330_195845.png

Voilà,

J’espère que cet article vous sera utile. Ne vous mettez pas la pression, pas besoin d’être un grand dessinateur. Si vous savez reproduire un dessin en regardant une image, vous saurez dessiner sur le bloc.

Bon dimanche de Pâques!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faire une recherche par image.

Bonjour,

Tutoriel court aujourd’hui, pour apprendre à rechercher une image sur Internet.

Pour cela, tapez dans votre barre de recherche « Google Image ».

Vous arrivez alors à cette fenêtre:

tuto google

Cliquez sur l’appareil photo. On vous propose deux possibilités: soit vous insérez le lien qui mène à l’image dont vous souhaitez trouver les reproductions, soit vous importez une image prise sur votre ordinateur.

Une fois l’image insérée, la recherche se lance automatiquement. Une fois cette recherche terminée, Google affiche toutes les images similaires ou identiques, et les liens sur lesquels cliquer pour y accéder.

google 3.PNG

Pour ma part, je me sers de cette méthode pour retrouver les photos épinglées contre mon gré sur Pinterest, c’est bien plus facile que de chercher sur le site. Je m’en sers également pour retrouver l’auteur d’un tissage, quand je ne sais pas qui c’est.

Voilà, j’espère que ce min tutoriel vous sera utile, bon week-end!

 

 

Réaliser un camaïeu dans vos tissages.

Bonsoir,

Ce soir je vous parle des camaïeus en tissage. Le camaïeu est l’utilisation des différents tons d’une même couleur, dans le but de créer un dégradé.

Il est très utilisé dans les diagrammes de perles, car il crée une impression de profondeur.

Ci dessous, un exemple de camaïeu: il y a sept nuances différentes de vert (non non mesdames, Cinquante nuances de Grey n’est pas un livre sur le camaïeu).

DSC03805.JPG

Malheureusement, il est difficile de dessiner un diagramme comprenant un camaïeu car les couleurs étant très proches, on a du mal à se rendre compte du résultat final, et de l’aspect des motifs.

Ci dessous, un exemple de diagramme définitif comprenant un camaïeu:

diagramme oranger.jpg

Dans le cas de ce diagramme, les couleurs I et J sont par exemple visuellement très proches, et il est difficile de distinguer les motifs des feuilles.

Voici une astuce pour dessiner votre diagramme sans vous casser la tête: utilisez des couleurs très différentes les unes des autres, (peu importe si elles n’ont rien à voir avec votre tissage, c’est l’occasion d’utiliser des couleurs flash) afin de repérer les motifs que vous voulez faire ressortir, comme sous le diagramme suivant, que j’appelle diagramme de travail.

oranger deux.png

Les couleurs sont fantaisistes mais vous permettent en concevant le diagramme de bien différencier et d’affiner vos motifs (ici les feuilles, qui se détachent du fond), et ensuite au moment du tissage, de ne pas vous perdre dans les couleurs.

Une fois que votre création est tissée et que vous l’avez validée, vous n’avez plus qu’à corriger les couleurs.

Voilà, j’espère que cet article vous aura été utile,

Bonne soirée!

 

 

Ajouter des fleurs en coton sur vos tissages (ici le singe de Lovelyoupi).

Bonjour, aujourd’hui un petit tutoriel pour ajouter un peu de relief vintage à vos tissages.

J’avais envie de tenter quelque chose de plus petit que le pompon, très à la mode en ce moment, et il m’est venu l’idée d’enrouler un fil de coton pour faire un motif circulaire, qui ressemble un peu à une broderie.

Si le résultat vous plaît, voici comment faire.

Munissez vous de colle (pour l’instant j’ai essayé avec la colle Hasulith), de ciseaux de couture, de coton DMC et de votre tissage.

DSC01512.JPG

Je prends le coton DMC car il est composé d’une multitude de fils, et c’est plus facile à travailler.

Ci dessous, le modèle est un singe de la sagesse. Le diagramme original est de Lovelyoupi, je me suis contentée de reprendre la tête de son singe, et de rajouter des accessoires. Sur l’oreille gauche, la fleur a déjà été ajoutée. Il n’y a plus qu’à faire l’oreille droite, et voici comment faire.

DSC01504.JPG

Mettez un point de colle sur la zone où vous voulez coller votre fleur, et placez l’extrémité de votre fil dessus.

DSC01508.JPG

Commencez ensuite à enrouler le fil sur lui-même, en rajoutant un peu de colle sur vos étages de fil. La difficulté est de bien doser la quantité de colle. Si vous n’en mettez pas assez, cela ne tient pas, si vous en mettez trop, cela durcit le fil et fait une boule compacte.

DSC01509.JPG

Une fois que votre fleur a la taille souhaitée, coupez votre fil, et arrangez-le joliment sur le dessus. N’hésitez pas à effilocher un peu les fils.

DSC01511.JPG

Et voilà! Le seul inconvénient, c’est la colle partout sur les doigts.

DSC01513.JPG

J’ai déjà envie de mettre des fleurs de coton sur tous mes chapeaux vintage 😉

femme cloche watermark.PNG

A vous de jouer! Bon week-end!

Le félin de Lovelyoupi monté en collier (ou comment j’ai testé la feutrine)

Bonjour à tous et à toutes!

Je vous ai parlé il y a quelques temps des diagrammes surprises de Lovelyoupi, et comme le résultat est très beau, j’ai eu envie de le monter en collier.

Je suis une grande feignante, et je n’aime pas poser des fermoirs sur mes colliers. Je me suis donc dit que ce serait peut-être possible de réaliser un sautoir… sans fermoir!

J’en ai profité pour tester la feutrine (suggestion de Delph qui se reconnaîtra), et de coller la chaine directement sur le tissage.

SI cela vous tente d’essayer, il vous faut le matériel ci-dessous: des ciseaux, une règle, de la feutrine, un crayon (finalement un feutre comme vous le verrez ensuite), votre tissage, de la colle Hasulith, et une chaine fine faisant au moins 80 cm (ici une chaine à billes, vous pouvez également choisir une chaine à maillons fins).

IMG_20161209_114734.jpg

Ci-dessous, la bête de Lovelyoupi en gros plan; le problème de tous les tissages est qu’ils ne sont pas rigides. Ici, je me suis amusée à rouler le félin comme une cigarette russe (pardon Cécile) afin de vous montrer à quel point c’est souple. Il faut évidemment le rigidifier avant de le porter.

Première étape: découper la pièce de feutrine.

Prenez votre feutrine et votre tissage, posez le tissage sur le tissu et tracez son contour avec un feutre.

Petite parenthèse: je n’avais jamais utilisé de feutrine, et j’ai donc découvert que ni le crayon ni le stylo bille ne font de marques dessus. Il faut donc utiliser un marqueur ou un feutre.

Pour faire le contour du tissage, placez la pointe du feutre sous les perles, afin que votre pièce de feutrine sois légèrement plus petite que l’original.

Découpez ensuite votre pièce de feutrine, le long du tracé intérieur (le but est qu’il ne reste plus de trace du feutre sur votre tissu, pour une question de taille, encore une fois).

Vous vous retrouvez alors avec deux « chats »!

Deuxième étape: mesurer et couper la chaine.

Prenez votre chaine et mesurez entre 75 et 80 cm. Le but est que la chaine soit assez longue pour que vous puissiez la passer par dessus votre tête.

Pour ce genre de chaine très fine, vous pouvez tout à fait vous servir de ciseaux normaux pour couper, pas besoin d’utiliser une pince spécifique.

IMG_20161209_115240.jpg

Troisième étape: fixer la chaine sur le tissage.

Choisissez le point sur lequel vous voulez fixer votre chaine. Idéalement, les deux points doivent être symétriques.

Posez un point de colle à l’endroit choisi AVANT de mettre la chaine. J’ai essayé de poser la chaine et la colle ensuite, et bien sûr la chaine est restée collée au tube de colle…

Par contre, si vous posez la colle puis la chaine, cette dernière se positionne sans trop de difficultés.

Quatrième étape: coller la feutrine sur le tissage.

Le but est de rigidifier votre tissage et de cacher l’extrémité de la chaine.

Enduisez votre tissage de colle, et mettez également de la colle sur la feutrine.

Posez délicatement votre feutrine sur le tissage, et appuyez doucement.

Si de la colle déborde (un peu comme quand vous pliez votre tartine de confiture en deux), essuyez le surplus avec un coton-tige.

IMG_20161209_120339.jpg

Vous n’avez plus qu’à laisser sécher. J’ai déposé le tout sous un dictionnaire (le Robert des noms propres est suffisamment lourd, pas besoin de sortir l’encyclopédie, vous pouvez également prendre un annuaire ou tout objet lourd et plat), afin que l’ensemble soit bien plat et bien collé.

Voici le résultat:

Les plus:

  • pas besoin d’anneaux, ni de fermoirs.
  • la feutrine donne une épaisseur agréable qui donne du relief au tissage et le rend plus imposant, comme un vrai bijou. Elle est également plus facile à travailler que le tissu.
  • c’est très facile et rapide à monter. Pas besoin de mettre plusieurs couches de colle pour rigidifier.

Les moins:

  • ce genre de chaine fine est fragile, il faut donc être soigneux (attention aux enfants…)
  • le montage ne convient que pour les sautoirs, puisqu’il n’y a pas de fermoir.

Dans l’ensemble, je suis contente du résultat, et je vais adopter la feutrine pour les colliers. Je testerai bientôt sur les broches.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui!

Bon tissage et bon week-end!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Attacher les chaines à vos créations, ou la galère des anneaux…

Bonjour, aujourd’hui mini-article sur la fixation des chaines à vos créations, pour vous créer des colliers, sautoirs…

Le problème, avec les perles miyuki, c’est qu’elles sont fines, fragiles et étroites. Je pense que bon nombre d’entre nous a serré les dents avant d’introduire un anneau dans le trou de la perle, de peur que la perle ne se casse ou que le tissage ne s’abime.

Et si on arrêtait d’utiliser des anneaux?

Sur mon premier sautoir, j’avais envie d’utiliser ma tête de femme Chanel, et comme je l’avais déjà badigeonnée de colle (merci le tuto de Bulles de Cerise http://bullesdecerises.blogspot.fr/2016/09/brick-stitch-comment-transformer-son.html le coup du coton-tige c’est top!), elle était toute rigide. Pas moyen de passer un anneau!

Du coup je me suis dit soyons fous! collons directement la chaîne au tissage, avec de la colle Hasulith.

Ci-dessous le résultat (face cachée de la Lune).

img_20161102_151901

Et l’autre côté.

Si vous trouvez que c’est un peu barbare, vous pouvez coller une bande de tissu derrière pour cacher les mailles collées.

Ci-dessous mon gros lion, qui me gratouillait la peau. J’ai donc découpé une bande de tissu que j’ai collée avec de la colle à tissu sur les perles. En trois mois, aucun signe d’usure!

Pourquoi ne pas imaginer de customiser vos créations en collant un tissu sympa à l’arrière? A explorer donc…

Enregistrer

Enregistrer

La mise en relief d’un motif.

Aujourd’hui, je reviens à une de mes premières addictions: le scrapbooking.

Il existe une technique qui s’appelle l’embossage: autrement dit, on met en relief un motif sur une feuille de papier (cela fonctionne également sur le bois, sur le carton…)

Voici le matériel pour mettre un relief: il vous faut un feuille (celle-ci est une feuille Canson 24 x 32), un embosseur (fer qui chauffe, un peu comme un sèche cheveux, mais attention, il chauffe fort!), de la poudre à embosser, un tampon, et de l’encre VersaMark.

Pour les tampons, ils peuvent être montés sur bois, comme le tampon ci-dessous, ou ils peuvent être à monter sur une planche de plexiglas. Il en existe aussi sous forme de mousse.

Attention, tout ce matériel représente un investissement: le fer coûte 20 euros, la VersaMark environ 8 euros, la poudre 5 euros, et ce tampon 10 euros. Il faut être certain de se resservir du matériel.img_20161015_175733

Ci-dessous la VersaMark: c’est une encre transparente et collante, qui permet de fixer la poudre.

img_20161015_175744

Ci-dessous la poudre à embosser: il en existe plusieurs sortes, j’ai choisi pour aujourd’hui une poudre dorée.

IMG_20161015_175753.jpg

Et enfin l’embosseur, de plus près.

IMG_20161015_175813.jpg

Une fois que vous avez réuni le matériel, prenez votre encre VersaMark et pressez-la sur le tampon (et non l’inverse).

img_20161015_175910

Tamponnez ensuite votre feuille avec le tampon imbibé.

Attention, la VersaMark est transparente, vous devez penchez la feuille et l’orienter vers la lumière, afin de voir si le motif s’est bien imprimé sur votre feuille.

Une fois que vous avez tamponné votre feuille, versez de la poudre sur l’ensemble du motif. Vous pouvez renverser autant de poudre que vous voulez, vous la récupèrerez ensuite.

img_20161015_180040

Courbez ensuite votre feuille en deux de façon à en faire un cornet ou un tube, et reversez la poudre dans le pot.

Le motif apparaît alors, recouvert de poudre.

img_20161015_180148

Prenez votre embosseur, appuyez sur le bouton « on » et faites chauffer le motif, sans vous brûler les doigts. Soyez patients, la poudre met un peu de temps à réagir. Bougez bien le fer, comme quand vous vous séchez les cheveux, afin de ne pas brûler le papier (c’est doublement vrai dans le cas du bois).

La poudre s’épaissit et prend sa couleur définitive.

Continuez à chauffer jusqu’à ce que l’ensemble prenne la bonne couleur.

Attention, la partie dorée ne sera jamais complètement lisse, inutile de chauffer trop longtemps.

Et voilà, la version papier et la version perles. Je pense me servir des deux supports comme embellissements, mais ce sera une autre histoire.

img_20161015_181032

Tisser en rond.

Il n’y a pas longtemps, Marie de « Au fond de mon tiroir »  (https://aufonddemontiroir.wordpress.com/ ) a eu la super idée de tester le tissage en rond. Elle a eu la gentillesse de m’envoyer deux tutos pour que je puisse m’y mettre à mon tour.

Voici le tuto à ma sauce: je suis allée pêcher des images sur les deux sites (en anglais tous les deux), et je vais essayer de vous expliquer à mon tour comment faire des broches « vintage » toutes rondes!

Choisir quatre ou cinq couleurs, qui contrastent (ne choisissez pas que des couleurs claires). Choisissez par un exemple un foncé, un métallique, et trois couleurs claires.

Première étape: enfilez trois perles d’une même couleur sur le fil de nylon. Faites un rond avec vos trois perles, et passez l’aiguille dans la première perle, afin de faire une boucle.

Refaites un tour complet et ressortez l’aiguille par la première perle.

IMG_20161014_163742.png

Deuxième étape: faites un nœud avec vos deux fils, afin que les perles restent immobiles pendant le tissage.

IMG_20161014_163747.png

Troisième étape: coupez le fil dont vous ne vous servirez pas pour tisser.

IMG_20161014_163751.png

Ci dessous le résultat de ces premières étapes. Vous avez fait votre premier « rang ».

IMG_20161014_163754.png

Quatrième étape: pour votre deuxième rang, vous devez enfiler deux perles à chaque fois.

Enfilez vos deux perles, et en suivant le sens des aiguilles d’une montre, passez le fil dans la perle du premier rang qui suit. Continuez jusqu’à arriver à la perle de départ, en jouant à « saute-mouton »: vous enfilez deux perles, vous passez le fil dans la perle d’à côté, vous enfilez deux perles, vous passez le fil dans la perle d’à côté…

Une fois que vous êtes arrivés à votre perle de départ, repassez votre fil dedans, puis enfilez-le dans la première perle du deuxième rang.

Sur ce schéma, une fois que vous êtes revenus à la première perle bleue, passez le fil dans la première perle jaune.

Vous avez réalisé votre deuxième rang.

img_20161014_163801

IMG_20161014_163814.png

Cinquième étape: sur le même principe, faites votre troisième rang. Pour ce rang, enfilez une perle à chaque fois. Enfilez une perle, passez le fil dans la perle du deuxième rang qui suit dans le sens des aiguilles d’une montre, et continuez ainsi jusqu’à revenir à votre perle de départ.

1

C’est le même procédé pour tous les rangs qui suivent.

Vous pouvez continuer indéfiniment jusqu’à la taille qui vous convient!

Vous pouvez aller sur le site de Marie, il est riche en idées d’utilisation: https://aufonddemontiroir.wordpress.com/

Sources:

http://www.firemountaingems.com/resources/tutorials/D18R?WT.mc_id=FBZ130717-02

http://www.fusionbeads.com/Circular-Odd-Count-Peyote-Stitch