Faire une recherche par image.

Bonjour,

Tutoriel court aujourd’hui, pour apprendre à rechercher une image sur Internet.

Pour cela, tapez dans votre barre de recherche « Google Image ».

Vous arrivez alors à cette fenêtre:

tuto google

Cliquez sur l’appareil photo. On vous propose deux possibilités: soit vous insérez le lien qui mène à l’image dont vous souhaitez trouver les reproductions, soit vous importez une image prise sur votre ordinateur.

Une fois l’image insérée, la recherche se lance automatiquement. Une fois cette recherche terminée, Google affiche toutes les images similaires ou identiques, et les liens sur lesquels cliquer pour y accéder.

google 3.PNG

Pour ma part, je me sers de cette méthode pour retrouver les photos épinglées contre mon gré sur Pinterest, c’est bien plus facile que de chercher sur le site. Je m’en sers également pour retrouver l’auteur d’un tissage, quand je ne sais pas qui c’est.

Voilà, j’espère que ce min tutoriel vous sera utile, bon week-end!

 

 

Suite de l’article d’hier sur la protection des œuvres.

Bonjour,

J’ai eu un certain nombre de questions hier, à propos de la valeur juridique des licences Creative Commons en France.

Je suis donc allée farfouiller sur les sites de l’État et j’ai trouvé une fiche intéressante que je mets à votre disposition.

http://www.culture.gouv.fr/culture/infos-pratiques/droits/protection.htm

En voici un extrait:

« L’octroi de la protection légale est conférée à l’auteur du seul fait de la création d’une forme originale.

Le droit d’auteur protège donc les œuvres de l’esprit sans que l’auteur n’ait à accomplir une quelconque formalité administrative de dépôt ou d’enregistrement préalable. Les règles relatives au dépôt légal n’exercent donc aucune influence sur la naissance des droits d’auteur.

Néanmoins, l’existence d’un dépôt ou d’un enregistrement, notamment dans le cadre d’un contentieux, peut être de nature à faciliter la preuve de la paternité et la date de la création de l’œuvre. À cette fin, l’auteur peut dater de façon certaine la création de son œuvre et s’identifier comme auteur :
– auprès d’un huissier ou notaire ;
– auprès d’un des 19 centres de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) présent à Paris et en région, via l’utilisation d’une enveloppe soleau – enveloppe double dont l’une des parties est renvoyée au déposant, après enregistrement et perforation – dans laquelle l’auteur introduit les éléments qu’il souhaite dater ;
– auprès de l’une des sociétés de perception et de répartition des droits, choisie en raison de son objet social.

L’auteur peut également s’envoyer à lui-même ou à un tiers l’œuvre sous pli fermé avec accusé de réception sans ouvrir l’enveloppe lors de la réception, le cachet de la poste faisant foi. »

Le problème que vous allez rencontrer est cette fameuse preuve d’antériorité, c’est à dire qu’il faudra que vous prouviez que vous avez eu l’idée en premier.

Si vous êtes face à une entreprise américaine, telle qu’Etsy, Amazon, Facebook, Instagram… en cas de litige, votre licence Creative Commons (qui est une licence américaine) est une preuve de droit d’auteur, et on vous donnera donc raison.

Si vous êtes en France face à une entreprise française: la licence Creative Commons ne suffisait pas au départ comme preuve suffisante d’antériorité, mais j’ai vu des litiges récents dans lesquels la partie adverse acceptait la licence Creative Commons comme preuve suffisante d’antériorité. C’est donc à suivre.

Je vous conseillerai donc ceci: dans tous les cas, enregistrez toujours votre travail sous licence Creative Commons, que vous soyez professionnels ou que vous cherchiez simplement une activité complémentaire. Dès que vous serez confrontés à un litige via un site ou un réseau social, votre licence vous permettra de faire valoir vos droits.

La licence est par ailleurs très facile à faire parvenir à la partie adverse, il vous suffit de faire une capture d’écran, et cela règle 90 pour cent des litiges très rapidement.

Si vous êtes un petit créateur qui voit essentiellement son activité comme un loisir, je pense que vous pouvez vous contenter de ces licences également.

Si vous êtes professionnel et que votre activité prend des proportions importantes (boutique, kits…), ne prenez pas de risques et protégez votre travail par l’un des moyens indiqués dans l’article cité au dessus. Dans tous les cas cela passe par une reconnaissance de l’État Français (INPI, la Poste, huissier ou notaire…). Pour ma part, je tenterais bien l’envoi par la Poste, ou l’enveloppe Soleau en ligne…

Voici un lien direct vers le site de l’INPI qui vous permet d’accéder à la version en ligne de l’enveloppe Soleau:

https://www.inpi.fr/fr/services-et-prestations/e-soleau

Voici le lien qui vous permet de commander la version papier:

https://www.inpi.fr/fr/enveloppe-soleau

Dans tous les cas, n’oubliez pas de préciser la nature de votre protection sur ou sous votre photo, c’est obligatoire.

J’espère que cet article vous aura été utile, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

Bonne journée!

 

 

 

Mettre à jour Bead Tool 4.

Rebonjour,

En farfouillant dans Bead Tool pour le livre, j’ai trouvé plein d’options que je n’avais pas remarquées. Ce logiciel d’apparence assez simple est finalement bourré de possibilités.

Aujourd’hui, un élément essentiel: la mise à jour. En effet, BeadTool ne se met pas à jour, sauf si vous le lui demandez. Une fois que l’option est validée, il se mettra à jour tout seul. Ainsi, j’ai pu constater que certaines références qui viennent de sortir sur Perles and Co sont déjà intégrées dans la palette.

Voici comment programmer les mises à jour automatiques:

   – allez dans l’onglet « affichage ».

tuto bead tool 1.PNG

– cliquez sur « options ». Une fenêtre apparait.

Allez dans l’onglet « général », et dans « mises à jour », vous sélectionnez « oui » dans les deux cases.

tuto bead tool 2.PNG

Et voilà!

Bon dimanche!

A propos de Creative Commons, mise à jour.

Bonjour,

Dernièrement, il n’était plus possible d’enregistrer une licence spécifique Creative Commons sur Ascribe.

Cela m’ennuyait, car il y a plusieurs types de licences, dont une qui m’intéressait particulièrement (celle qui n’autorise pas la commercialisation).

Ce matin, en enregistrant Betty Boop, j’ai retrouvé comment choisir une licence spécifique.

   – Il y a deux options sur Ascribe quand vous ouvrez votre compte: soit vous enregistrez votre travail sous Ascribe seul, et du coup il n’y a pas de licence Creative Commons, mais un simple enregistrement.

  – Soit vous reliez votre compte Ascribe à Creative Commons, et vous pouvez choisir votre licence.

De façon plus simple et en images, voici comment procéder.

1- Quand vous ouvrez votre compte sur Ascribe, vous tombez sur une page comme celle-ci.

tuto creative 0.PNG

2- Vous enregistrez votre travail et vous accédez à une page qui résume les informations: numéro d’enregistrement, date…

Il n’y a pas de licence spécifiée car vous n’êtes pas reliés à Creative Commons.

Pour vous relier à Creative Commons, allez tout en bas de la page et cliquez sur « Conditions d’utilisation ».

tuto creative commons 1

3- Vous arrivez sur les termes d’utilisation:

tuto creative 2.PNG

4- Faites défiler le texte jusqu’à la partie: Creative Commons Licenses.

Cliquez sur « under a Creative Commons license ».

creative commons 3.PNG

5- Votre compte Ascribe est alors automatiquement relié à Creative Commons, et vous pouvez alors enregistrer votre travail sous licence. Dans l’onglet en haut à gauche, vous voyez qu’à côté d’Ascribe, il y a à présent les sigles de Creative Commons.

Vous n’avez plus qu’à enregistrer votre travail sous la licence de votre choix.

creative commons 4.PNG

Bon dimanche de Pâques, ici c’est l’heure de la chasse aux œufs!

 

Faire un signalement sur Instagram.

Aujourd’hui, un petit tuto pas très agréable mais malheureusement indispensable: comment faire un signalement sur Instagram.

J’ai découvert au mois d’octobre que je vivais dans un monde de bisounours (c’est ce que dit l’amoureux), et que la copie existait, particulièrement favorisée par le monde connecté qu’est le nôtre.

Il n’y a pas 36 façons de se protéger:

   – surveiller Pinterest et faire enlever les épingles qui vous semblent inappropriées.

   – mettre une Watermark à votre nom sur vos photos.

   – déclarer vos créations sur Creative Commons. A noter qu’à partir du moment où vous publiez votre création, elle est votre propriété intellectuelle. Pour Instagram et de façon générale, c’est la toute première publication qui crée la Propriété intellectuelle.

   – et faire enlever d’Instagram toute photo qui copie votre travail. C’est important, car ces photos partent ensuite vers Pinterest, et du coup se retrouvent attribuées à la personne qui vous a copié (très agaçant ça).

L’idée générale est que vous publiez vos créations pour que d’autres en profitent dans un cadre privé, pas pour un usage commercial.

Voici comment signaler une photo sur Instagram:

1- Allez sur n’importe quel compte sauf le vôtre et cliquez sur les trois petits points à droite du nom.    tuto insta 1.PNG

2- Un menu apparaît: cliquez sur « signaler un utilisateur ».

tuto insta 2.PNG

3- Cochez la case qui convient, en l’occurrence ici: « propriété intellectuelle »

tuto insta 3.PNG

4- Cliquez ensuite sur « découvrez comment déclarer une violation de droits d’auteur ».

tuto insta 4.PNG

5- Cliquez sur « remplissez ce formulaire » dans la partie « signalement des infractions au droit d’auteur ».

tuto insta 5.PNG

6- Et ensuite vous n’avez plus qu’à remplir le formulaire, en cliquant sur « continuer le rapport relatif à votre droit d’auteur », en mettant le lien vers l’image copiée, et le lien vers votre propre photo.

tuto insta 6.PNG

7- Vous recevez ensuite un mail avec le numéro de votre réclamation. Conservez bien ce numéro de réclamation, il peut être utile. En effet, si la personne reposte votre photo une fois qu’elle a été enlevée, refaites le signalement en METTANT LE NUMÉRO DE VOTRE RÉCLAMATION PRECEDENTE. Instagram envoie alors un avertissement à l’utilisateur récidiviste. S’il y a trop de signalements sur un même compte, le compte est supprimé.

tuto-insta-7

8- Enfin, quand la photo est enlevée, vous recevez un mail de confirmation.

tuto-insta-8

Parfois, Instagram a des réponses aberrantes et vous répond qu’il ne s’agit pas d’une copie, mais d’une expression différente de votre œuvre: n’hésitez pas à refaire le signalement, la photo est alors enlevée.

Dernières informations: faites vos réclamations de préférence la semaine, car le week-end le service est fermé, et vos réclamations sont traitées plus tardivement que si vous les faites le lundi matin par exemple.

Si vous faites votre signalement le matin, l’image sera enlevée dans la journée.

Si vous signalez une photo de profil, indiquez bien que vous signalez la photo de profil et non une photo banale, car c’est un cas à part.

Voilà, j’espère que ces informations vous seront utiles. J’ai déjà fait plus de 200 signalements depuis le mois d’octobre, surtout sur des comptes récidivistes, et je sais bien à quel point on peut être frustrée et perdue face à ce problème de copie.

N’oubliez pas que vous êtes dans votre droit, et que c’est à la copieuse de faire attention à ce qu’elle publie, et non à vous de justifier que votre travail soit sur Internet!

Ne vous laissez pas démonter, et haut les cœurs!

 

 

 

Ajouter des fleurs en coton sur vos tissages (ici le singe de Lovelyoupi).

Bonjour, aujourd’hui un petit tutoriel pour ajouter un peu de relief vintage à vos tissages.

J’avais envie de tenter quelque chose de plus petit que le pompon, très à la mode en ce moment, et il m’est venu l’idée d’enrouler un fil de coton pour faire un motif circulaire, qui ressemble un peu à une broderie.

Si le résultat vous plaît, voici comment faire.

Munissez vous de colle (pour l’instant j’ai essayé avec la colle Hasulith), de ciseaux de couture, de coton DMC et de votre tissage.

DSC01512.JPG

Je prends le coton DMC car il est composé d’une multitude de fils, et c’est plus facile à travailler.

Ci dessous, le modèle est un singe de la sagesse. Le diagramme original est de Lovelyoupi, je me suis contentée de reprendre la tête de son singe, et de rajouter des accessoires. Sur l’oreille gauche, la fleur a déjà été ajoutée. Il n’y a plus qu’à faire l’oreille droite, et voici comment faire.

DSC01504.JPG

Mettez un point de colle sur la zone où vous voulez coller votre fleur, et placez l’extrémité de votre fil dessus.

DSC01508.JPG

Commencez ensuite à enrouler le fil sur lui-même, en rajoutant un peu de colle sur vos étages de fil. La difficulté est de bien doser la quantité de colle. Si vous n’en mettez pas assez, cela ne tient pas, si vous en mettez trop, cela durcit le fil et fait une boule compacte.

DSC01509.JPG

Une fois que votre fleur a la taille souhaitée, coupez votre fil, et arrangez-le joliment sur le dessus. N’hésitez pas à effilocher un peu les fils.

DSC01511.JPG

Et voilà! Le seul inconvénient, c’est la colle partout sur les doigts.

DSC01513.JPG

J’ai déjà envie de mettre des fleurs de coton sur tous mes chapeaux vintage 😉

femme cloche watermark.PNG

A vous de jouer! Bon week-end!

J’ai testé… le tutoriel des diminutions d’Étoiles Pistache.

Bonjour, aujourd’hui j’ai essayé une nouvelle méthode de tissage. Je suis tombée par hasard sur le joli blog d’Étoiles Pistache et j’y ai trouvé un tutoriel très complet sur le Brick Stitch. J’ai testé la méthode de la diminution.

Jusqu’ici, quand je faisais une diminution, il y avait toujours un fil qui apparaissait sur le côté du tissage, comme ci-dessous.

DSC01478.JPG

La première astuce est de colorier les fils, et c’est vrai que c’est efficace, le blanc disparaît. Mais c’est quand même une contrainte!

Avec le tuto d’Etoiles Pistaches, fin des fils! Mon but n’étant pas de refaire un tuto, mais bien de le tester, je vous renvoie à son blog! Ci-dessous, la photo devant mon écran 😀

IMG_20170120_092357.jpg

Le résultat ci-dessous: pas de fils!

DSC01475.JPG

Vue du dessus: les perles sont alignées de la même façon, aucune différence notable par rapport à l’ancienne version!

DSC01471.JPG

En conclusion, cette méthode est parfaite: elle n’est pas difficile, le rendu est beau, cela règle le problème des fils qui dépassent.

Par contre, si vous êtes perfectionnistes, vous pouvez continuer à colorier les fils qui sont apparents sur le premier et le dernier rang, et qui eux ne peuvent pas disparaître.

Bon tissage!

 

 

Signaler une épingle sur Pinterest

Et voici donc le tutoriel pour signaler une épingle sur Pinterest.

1- Aller sur l’épingle que vous voulez signaler, et enregistrez le lien correspondant dans la barre internet. Puis cliquez sur les trois petits points en haut à côté de « testé » et cliquez sur « signaler ».

rebelle.PNG

2- Une fois que vous avez cliqué sur signaler, une fenêtre apparait. Cliquez sur « ceci est ma propriété intellectuelle »

signalement.PNG

3- Remplissez vos coordonnées, et tout ce qui est demandé: lien vers l’épingle, lien vers votre travail ( je précise, les coordonnées qui apparaissent ne sont pas les miennes 🙂 )

Moi je rajoute un petit texte du type « this picture was taken from my Instagram account or from my website without my consent. I don’t ant to see it on Pinterest ».

signalement 2.PNG

4- Cliquez bien à chaque fois sur le petit carré « remove all », pour que toutes les épingles disparaissent des tableaux.

siganelement 3.PNG

5- Enfin vous cliquez sur « submit », et vous avez un numéro d’enregistrement qui apparaît (attention, écrivez le quelque part, vous ne recevrez pas ce numéro par mail).

Vous avez la réponse dans les 12 heures qui suivent.

J’ai enregistré une de mes propres épingles pour vérifier, et en effet, j’ai reçu un mail 48 h plus tard pour me dire que l’épingle avait été supprimée (marieafdmt 🙂 🙂 ).

Et voilà!

signalement 4.PNG

Enregistrer

Enregistrer

Le félin de Lovelyoupi monté en collier (ou comment j’ai testé la feutrine)

Bonjour à tous et à toutes!

Je vous ai parlé il y a quelques temps des diagrammes surprises de Lovelyoupi, et comme le résultat est très beau, j’ai eu envie de le monter en collier.

Je suis une grande feignante, et je n’aime pas poser des fermoirs sur mes colliers. Je me suis donc dit que ce serait peut-être possible de réaliser un sautoir… sans fermoir!

J’en ai profité pour tester la feutrine (suggestion de Delph qui se reconnaîtra), et de coller la chaine directement sur le tissage.

SI cela vous tente d’essayer, il vous faut le matériel ci-dessous: des ciseaux, une règle, de la feutrine, un crayon (finalement un feutre comme vous le verrez ensuite), votre tissage, de la colle Hasulith, et une chaine fine faisant au moins 80 cm (ici une chaine à billes, vous pouvez également choisir une chaine à maillons fins).

IMG_20161209_114734.jpg

Ci-dessous, la bête de Lovelyoupi en gros plan; le problème de tous les tissages est qu’ils ne sont pas rigides. Ici, je me suis amusée à rouler le félin comme une cigarette russe (pardon Cécile) afin de vous montrer à quel point c’est souple. Il faut évidemment le rigidifier avant de le porter.

Première étape: découper la pièce de feutrine.

Prenez votre feutrine et votre tissage, posez le tissage sur le tissu et tracez son contour avec un feutre.

Petite parenthèse: je n’avais jamais utilisé de feutrine, et j’ai donc découvert que ni le crayon ni le stylo bille ne font de marques dessus. Il faut donc utiliser un marqueur ou un feutre.

Pour faire le contour du tissage, placez la pointe du feutre sous les perles, afin que votre pièce de feutrine sois légèrement plus petite que l’original.

Découpez ensuite votre pièce de feutrine, le long du tracé intérieur (le but est qu’il ne reste plus de trace du feutre sur votre tissu, pour une question de taille, encore une fois).

Vous vous retrouvez alors avec deux « chats »!

Deuxième étape: mesurer et couper la chaine.

Prenez votre chaine et mesurez entre 75 et 80 cm. Le but est que la chaine soit assez longue pour que vous puissiez la passer par dessus votre tête.

Pour ce genre de chaine très fine, vous pouvez tout à fait vous servir de ciseaux normaux pour couper, pas besoin d’utiliser une pince spécifique.

IMG_20161209_115240.jpg

Troisième étape: fixer la chaine sur le tissage.

Choisissez le point sur lequel vous voulez fixer votre chaine. Idéalement, les deux points doivent être symétriques.

Posez un point de colle à l’endroit choisi AVANT de mettre la chaine. J’ai essayé de poser la chaine et la colle ensuite, et bien sûr la chaine est restée collée au tube de colle…

Par contre, si vous posez la colle puis la chaine, cette dernière se positionne sans trop de difficultés.

Quatrième étape: coller la feutrine sur le tissage.

Le but est de rigidifier votre tissage et de cacher l’extrémité de la chaine.

Enduisez votre tissage de colle, et mettez également de la colle sur la feutrine.

Posez délicatement votre feutrine sur le tissage, et appuyez doucement.

Si de la colle déborde (un peu comme quand vous pliez votre tartine de confiture en deux), essuyez le surplus avec un coton-tige.

IMG_20161209_120339.jpg

Vous n’avez plus qu’à laisser sécher. J’ai déposé le tout sous un dictionnaire (le Robert des noms propres est suffisamment lourd, pas besoin de sortir l’encyclopédie, vous pouvez également prendre un annuaire ou tout objet lourd et plat), afin que l’ensemble soit bien plat et bien collé.

Voici le résultat:

Les plus:

  • pas besoin d’anneaux, ni de fermoirs.
  • la feutrine donne une épaisseur agréable qui donne du relief au tissage et le rend plus imposant, comme un vrai bijou. Elle est également plus facile à travailler que le tissu.
  • c’est très facile et rapide à monter. Pas besoin de mettre plusieurs couches de colle pour rigidifier.

Les moins:

  • ce genre de chaine fine est fragile, il faut donc être soigneux (attention aux enfants…)
  • le montage ne convient que pour les sautoirs, puisqu’il n’y a pas de fermoir.

Dans l’ensemble, je suis contente du résultat, et je vais adopter la feutrine pour les colliers. Je testerai bientôt sur les broches.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui!

Bon tissage et bon week-end!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Protéger vos créations: Copyright ou Creative Commons?

L’article a été effacé suite à une mauvaise manip 😦

Alors pour résumer:

   – le Copyright protège vos créations de façon exclusive, cela veut dire que personne ne peut reproduire, vendre ou diffuser votre travail. Cela interdit également la reproduction à titre privé. C’est la solution à choisir si vous souhaitez que votre travail reste votre exclusivité.

Le Copyright est payant.

  – les licences Creative Commons.

Ce sont des licences gratuites qui sont destinées à assouplir le Copyright tout en protégeant les œuvres et les artistes, cela vous permet de prouver que vous êtes bien le créateur original.

Les licences Creative Commons permettent la reproduction à titre privé, et la diffusion, à condition que votre nom soit cité.

Pour enregistrer votre travail sur Creative Commons, vous devez:

  • Aller sur le site Ascribe et vous créer un compte d’utilisateur.
  • Cliquer sur New Work et enregistrer votre travail en chargeant votre image, et inscrivant vos coordonnées.

tuto-ascribe

  • Dans certains cas, on vous demande de choisir une licence: choisissez celle qui vous convient. Si le choix n’est pas possible, votre travail est enregistré sous la licence par défaut, qui protège quoi qu’il arrive votre travail.
  • Vous n’avez plus qu’à cliquer sur Submit et votre création est enregistrée.
  • Une fenêtre apparait avec le numéro et la date d’enregistrement de votre travail.

Voilà, j’espère que ces conseils vous seront utiles!.