La famille au complet.

Bonsoir,

Rapide post pour vous présenter les petits derniers et les images dont je me suis inspirée 🙂 Il y en au moins deux qui vont finir dans les mains de mes enfants 😀

J’espère qu’ils vous plaisent! Bonne soirée!

2.PNG

1.PNG

Zoo

3.PNG

discus 3

4.PNG

discus 2.jpg

J’ai vu rouge

Bonsoir,

Ce matin, j’ai vu rouge sur Instagram. Pardon pour celles qui me suivent et qui sont déjà au courant de mon énième pétage de durite.

Entre mon petit déjeuner et le thé du matin, je suis tombée sur le hashtag cimetière de miyuki. Et je vous avoue que j’ai avalé mon Earl Grey de travers.

Le but du jeu est de réunir toutes les créations dont on ne se sert pas, et de les prendre en photo. Rien de très gênant me direz-vous, et je suis plutôt d’accord sur le principe. Après tout, c’est assez sympa de réunir tous ses tissages sur une seule photo, ça a de l’allure. On peut en être fière.

Sauf que quand on lit bien les post, on se rend compte du profond mépris qu’ont certaines créatrices pour leur propre travail: j’en fais quoi maintenant, tout est vendre si tu veux. Bref, tous ces tissages sont présentés comme des rebus dont on ne sait pas quoi faire.

D’où mon coup de gueule, que je vous mets en copie en dessous:

« Bonjour. J’écris ce matin totalement révoltée par ce que je vois sur Instagram à propos des miyuki.
Les miyuki, c’est cher. Ce sont des perles de luxe. La référence de la photo coûte 6,50 le sachet de 11 grammes. Comptez au minimum 2,50 euros un paquet.
Depuis hier, le must, c »est de montrer tous les tissages qui ne nous servent à rien. Des dizaines d’heures de tissage et des dizaines d’euros de perles étalés et présentés comme des rebus.
Ce sera quoi le prochain hashtag? Je me torche les fesses avec mes miyuki parce que j’ai les moyens? Je tisse des perles et j’emmerde les pauvres?
Alors moi j’ai honte, vis à vis des gens qui n’ont pas les moyens de se les payer, ces perles. Honte vis à vis des gens qui ont à peine de quoi boucler le mois, qui dépensent très peu dans leurs loisirs ou qui travaillent tellement qu’ils ont à peine le temps de bouffer en rentrant chez eux le soir. Sans parler des créatrices qui essaient de vivre de leurs créations.
Quelle image on donne à ces gens, qui ouvrent Insta le soir en rentrant? Ils doivent vraiment se dire qu’on n’a que ça à faire et qu’on jette l’argent par les fenêtres!
Parce que oui le brickstitch et les perles miyuki, c’est un loisir de privilégié, et il y a fort peu de gens qui ont les moyens financiers ou le temps de tisser autant.
Alors je m’excuse, en tant que privilégiée, auprès de tous ces gens qui doivent se sentir offensés par notre orgueil et notre futilité et qui auront bien raison.
Peut être que je vais perdre un paquet de followers, mais Instagram ce n’est pas la vie. Si on ne peut pas dire ce qu’on pense par peur d’être impopulaire, ça ne vaut pas le coup!
Bon dimanche. »

J’ai reçu beaucoup de commentaires et de messages privés suite à ce post (et aucune insulte), et il se trouve qu’une bonne partie des gens qui m’ont lue ont également été choqués par ce hashtag.

J’ai également reçu des commentaires d’autres créatrices qui ont été piquées au vif par ce que j’ai dit, et je re précise donc ma pensée.

Non il n’y a pas de mal à montrer ses tissages et à en être fière. Je suis à la première à poster mes photos et à faire la promotion d’un maximum de couleurs. Et non ce n’est pas le fait de les montrer qui est insupportable.

Ce qui est insupportable, c’est de les montrer comme des quantités négligeables, des machins à vendre en solde parce qu’ils encombrent les tiroirs, vendus comme du PQ en promo. C’est insultant pour ceux qui n’ont pas le temps, l’argent ou la technique pour parvenir à ces résultats, qui en font rêver beaucoup.

Oui les miyuki c’est cher, et oui il faut du temps pour tisser: soyons fières de montrer ce que nous savons faire et qui n’est pas toujours à la portée de tout le monde.

Et oui nous sommes des privilégiées: nous avons eu de la chance d’en être arrivées là, d’être respectées dans ce petit milieu et de recevoir autant de messages d’admiration. Ce serait pas mal d’avoir un peu de respect pour ce et ceux qui nous font exister.

Vous me direz: pourquoi un tel coup de sang? Parce que ce manque de respect, j’ai eu l’occasion de l’expérimenter pendant la rédaction du livre, et que vous n’imaginez pas jusqu’où il va.

Merci de m’avoir lue et bonne soirée.

rouge.PNG

 

 

Petit jeu.

Hello,

Petit jeu tout simple: à votre avis, pourquoi n’ai-je pas utilisé la référence DB 220 (voir article précédent) dans le tissage ci-dessous, pour faire le camaïeu blanc-gris du perroquet?

Celles, celle, ceux, celui qui trouve(nt) la bonne réponse gagnent le diagramme du cacatoès (ou de la fleur de frangipanier, au choix 🙂 )

A vous de jouer!

cacatoès.PNG

Utiliser les perles transparentes: le DB 220.

Bonjour,

Aujourd’hui un micro article sur l’utilisation des perles miyuki transparentes.

Elles sont difficiles à placer dans un tissage, pour plusieurs raisons: quand elles sont regroupées dans le sachet, elles ont l’air beaucoup plus foncées que quand vous les utilisez une à une dans votre tissage. Et selon la couleur de la perles à côté desquelles vous les placez, elles changent de teinte (comme elles sont transparentes, elles reflètent une partie de la couleur de la perle d’à côté).

C’est donc difficile de prévoir l’aspect final de votre tissage.

Par contre, quand elles sont bien utilisées, elles permettent de créer des nuances subtiles, en jouant sur la couleur des perles à côté pour créer de nouvelles teintes.

Aujourd’hui, je vous montre comment j’utilise la perle DB 220.

DB 220.PNG

C’est une perle brillante et semi mate. Dans le sachet, elle est d’un blanc tirant légèrement sur le gris.

Première possibilité: si vous l’utilisez en toute petite quantité, à côté d’un blanc brillant comme la référence DB 201 ou la BD 202, elle restera blanche, et donnera un peu de profondeur à votre tissage, en offrant une meilleur variété de finitions de blancs.

Ci dessous, de gauche à droite: DB 200, DB 202 et DB 220:

 

Un exemple ci dessous: j’ai utilisé trois blancs différents pour le rebord du bateau, le DB 200, DB 202 et le DB 220. La 220 est signalée par la flèche. Elle est placée à côté de la référence DB 202, qui est un blanc très brillant.

bateau.PNG

Deuxième possibilité: plus vous l’utilisez en grande quantité, plus elle tire sur le gris. Elle contraste particulièrement bien avec le blanc DB 200 (le blanc opaque brillant).

Sur le renard, la référence DB 220 m’a permis de créer un peu de profondeur sur le museau, sans avoir recours à un gris, qui aurait trop tranché avec le blanc en dessous.

renard.PNG

Troisième possibilité: si vous voulez créer un camaïeu allant du blanc au gris et qui donne de la profondeur au tissage, la référence DB 220 permet de faire le lien entre un blanc et un gris plus net.

Ci dessous, exemple avec la noix de coco:

coco.PNG

Pour conclure:

Si vous souhaitez utiliser la DB 220 comme un blanc: utilisez-la en petite quantité et à côté de la référence DB 201 ou DB 202.

Si vous souhaitez utiliser la DB 220 comme un gris très léger, ou comme un blanc donnant de la profondeur: utilisez-la en petite quantité à côté de la référence DB 200.

Si vous souhaitez utiliser la DB 220 en tant que gris léger, dans un camaïeu, utilisez-la en grande quantité entre la DB 200 et un gris plus foncé.

Voilà, j’espère que cet article vous sera utile,

Bonne journée!

 

 

 

Comment dessiner son diagramme sur un bloc?

Bonjour,

Récemment, mon ordinateur est tombé en panne. Plus d’ordi, plus de BeadTool4. La réparation prenant une dizaine de jours, il a bien fallu que je me débrouille autrement pour dessiner mes diagrammes.

Coup de chance, Lulu and The Little Pea m’avait gentiment envoyé un bloc de dessin lors de ma dernière commande, et j’ai donc eu l’occasion de l’utiliser.

Voici le bloc en question:

bloc.PNG

Mais comment s’en servir?

Sur Bead Tool4, en général, j’importe une image, je la place sous ma grille, je m’en sers pour tracer les contours, puis je la mets à côté de la grille et je remplis mon diagramme tout en observant les zones sombres, claires…

Dans certains cas, je dessine directement sur la grille, en remplissant case par case, en déplaçant certains blocs, en effaçant plusieurs fois…

Sur un bloc, c’est compliqué de placer une image sous la feuille de dessin. A la rigueur, vous pouvez la placer sous votre tablette et travailler en transparence, mais alors, bonjour les rayures! Et puis le bloc perd de son intérêt.

Après plusieurs griffonnages et gommages, j’ai opté pour une stratégie qui a porté ses fruits, et je la partage avec vous, sous forme de conseils.

Tout d’abord, le résultat final avec les deux créations que j’ai intégralement dessinées au bloc:

Cacatoès.PNGelsa.PNG

 

 

 

Et les photos dont je me suis servi pour dessiner:

Screenshot_20180326-193953.png

Screenshot_20180401-160635.pngelsa 1.PNG

 

1- N’essayez pas de tracer vos formes en remplissant case par case, comme vous le feriez sur le logiciel, ou quand vous recopiez les contours d’une image de fond.

Ci dessous un exemple de résultat quand on fait point par point.

J’ai tenté de faire le bec en priorité, puis le crâne et la crête. Comme vous pouvez le voir, le crâne n’est pas de la bonne forme, le dessin est maladroit.

20180330_195956.png

Utilisez votre bloc comme une feuille de dessin: tracez des grands traits, remplissez plusieurs cases à la fois, comme vous le feriez sur un dessin normal.

Vous allez voir que votre tissage va prendre une allure plus harmonieuse.

2- Travaillez en priorité au crayon papier, pour pouvoir effacer. N’utilisez la couleur que bien après.

Prévoyez plusieurs feuilles, une première pour votre ébauche au crayon, puis une deuxième sur laquelle vous reproduirez le modèle en y ajoutant les couleurs.

3- Commencez votre dessin par les lignes essentielles et caractéristiques de ce que vous voulez dessiner.

Commencez par ce qui rend votre dessin immédiatement reconnaissable.

Trois exemples: sur le cacatoès, les traits caractéristiques sont le plumeau orange sur sa tête, et son bec proéminent. Commencez par représenter ces plumes et le bec, vous verrez que le reste de la bête viendra tout seul, une fois que vous aurez ces deux fondamentaux.

Le frangipanier: le frangipanier est une fleur aux pétales caractéristiques, ils ne sont pas plats, une partie est recourbée, ce qui donne à la fleur l’aspect d’un moulin à vent. Vous devez donc dessiner en priorité cette partie recourbée des pétales, pour traduire ce mouvement.

Elsa: sa caractéristique, c’est le mouvement de sa mèche, c’est ce qui la rend reconnaissable immédiatement.

Ci dessous, j’ai commencé par représenter le mouvement des plumes, avant de faire le dégradé de orange pour donner de la profondeur.

Pour la fleur, j’ai commencé par les traits noirs, qui représentent la partie proéminente des pétales (rose clair), et ensuite j’ai rempli avec les couleurs.

Et pour Elsa, j’ai évidemment commencé par ses mèches.

20180330_195915.png

4- Une fois ces traits caractéristiques représentés, le reste est beaucoup plus facile. Commencez par dessiner le reste des contours de votre dessin, avant de faire le remplissage avec des couleurs.

20180330_200020.png

20180330_200107.png

Conclusion:

Dessiner au bloc est très ludique.  C’est un instant beaucoup plus paisible et créatif que celui qu’on passe devant un écran.

Je trouve également qu’il est plus facile de trouver rapidement une forme réaliste et harmonieuse au dessin, car finalement, on dessine sur un bloc comme on dessine sur une feuille. Sur BeadTool4, même en gardant le doigt appuyé sur le bouton de la souris, le trait est moins fluide, et la vue d’ensemble est moins évidente.

Les bémols: ils concernent surtout le rendu des couleurs et les différentes nuances.

Par exemple, le cacatoès est blanc, et les contours sont donc également… blancs. Pour rendre un contour blanc lisible sur une feuille blanche, c’est compliqué. Il faut donc utiliser le crayon papier, et au moment du tissage, on peut se perdre. J’utilise plusieurs finitions de blanc, et on s’y perd facilement.

De même pour les camaïeux de couleurs: les crayons ont du mal à rendre correctement l’éventail de nuances proposé par les Miyuki. J’ai été obligée de recommencer plusieurs fois mon tissage pour trouver les couleurs adéquates.

Si vous êtes attentifs, vous verrez que le modèle de droite n’est pas celui que j’ai publié, ce qui signifie que j’ai tissé le modèle quatre fois et non trois.

C’est un problème que je rencontre avec mes autres modèles, et il est simplement accentué par l’utilisation du bloc.

20180330_195845.png

Voilà,

J’espère que cet article vous sera utile. Ne vous mettez pas la pression, pas besoin d’être un grand dessinateur. Si vous savez reproduire un dessin en regardant une image, vous saurez dessiner sur le bloc.

Bon dimanche de Pâques!